Love me please, love me.. { Pv:Makio♥} - Page 2
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

 Love me please, love me.. { Pv:Makio♥}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Love me please, love me.. { Pv:Makio♥}   Mer 22 Sep - 19:14

Depuis que nos deux amoureux sont arrivés dans le palais de la princesse Ueto, ils n’ont fait que se chamailler comme deux petits enfants. Tout cela était amusant certes mais comme tout bon amusement, il arrive un moment où il prend fin. Et la fin de leurs gamineries allait prendre fin sous peu. On ne peut pas être un enfant à longueur de temps malheureusement, et l’heure des gamineries était finie. Le dessin animé était maintenant terminé lui aussi et l’heure avait déjà pas mal tourné. Les programmes télé à cette heure-ci sont pour la plupart terminés ou bientôt et en plus de ça, les fraises que Rainie avait préparées avec amour étaient à peine entamées. Ce serait bien dommage de laisser pourrir tous ces bons fruits. Apparemment elle avait la même pensée que lui à propos des fraises. Elle piocha l’une d’entre elle dans le saladier avant de la noyer dans la crème pour enfin mettre fin à la vie de cette fraise. Son regard se tourna alors vers Makio qui était toujours allongé avec son oreiller dans les bras. Comment refuser une telle offre je vous le demande. Ces fraises ont été préparées et servi par la personne que vous aimez, il ne peut pas exister de nourriture avec un meilleur goût que celui de l’amour. Depuis sa rencontre avec Rainie, le japonais ne pensait à rien d’autre que cette petite demoiselle. Elle qui en si peu de temps lui avait animé sa soirée et petit à petit, elle avait atteint son cœur. Tous les évènements passés les avaient mené jusqu’ici, seul à seul avec un saladier de fraises. C’est toujours lorsque l’on aime ce que l’on ait en train de faire que le temps passe le plus vite. Il était déjà tard mais il y avait encore un saladier rempli de fraises qui ne demandait qu’à être mangé. Makio accepta avec plaisir la proposition de son amour avant que cette dernière le questionne à nouveau. La question portait sur ce qu’ils allaient faire maintenant que les programmes télé étaient terminés. Que faire, que faire ? Malgré l’heure, le nippon n’était pas fatigué et il avait fait la promesse de rester en sa compagnie. En fait, il fallait avouer qu’à cette heure-ci de la nuit les seules choses encore ouverte étaient les boites de nuit. Seulement, ce n’était pas vraiment ce que Makio aimait le plus. Lui, il préférait rester ici et passer le reste de son temps avec princesse.

- Et bien, si tu es d’accord, on pourrait achever ces fraises et se parler pour se connaître un peu mieux. Parce qu’au final, je n’en sais pas plus que ça sur toi. Je veux tout savoir. Tout depuis la Rainie qui à un ans jusqu’à la Rainie d’aujourd’hui...


C’était vrai, non ? Bien qu’il en soit totalement amoureux, les seules choses qu’il savait étaient qu’elle aime les glaces et déteste les films d’horreur. Pour être certain de l’aimer au maximum, il fallait qu’il en sache plus sur son passé et réciproquement. Bien sûr, il y avait la possibilité qu’elle ne veuille pas en parler. Bon ou mauvais passé, elle seul avait le pouvoir de le dévoiler à quelqu’un…

- ...Et je te dirais ce que tu veux savoir sur moi évidemment.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Love me please, love me.. { Pv:Makio♥}   Mer 29 Sep - 18:52

    •• Tout comme la curiosité , la gourmandise est un vilain défaut. Ici on parvenait à retrouver les deux ennemis d'une personne qui a tant souffert de la naissance à maintenant, pas une traumatisée ni une suicidaire juste malheureuse, achevée par plusieurs événements qui ont fait d'elle l'orpheline d'aujourd'hui. Le téléviseur s'était éteint désormais plus aucuns dessin animés ou autre cartoons passeraient à cette heure ci, l'heure ou les enfants dorment paisiblement, sage et calme. A son âge pourtant elle ne dormait pas, Rainie passait ses nuits entières à écouter ses deux parents se chamailler sous le plus grand bonheur des paparazzi affamés, la journée elle n'avait pas le droit d'être seule ou tranquille sans qu'une photo d'elle soit prise au point même qu'au lit le soir, Petite Rainie allongée sous les couettes n'osait à peine fermer les yeux de peur de voir débarquer dans sa chambre de princesse plusieurs hommes qui l'agresse de photo et de questions. Les paparazzi et la célébrité de sa mère était devenue son cauchemars vivant, à elle l'enfant. Puis les choses se sont enchainées, la mort de sa mère, le suicide de son père, sa garde confier à la tante et son désire de venir vivre au New Jersey pour recommencer sa vie à Zéro. Les fraises étaient drôlement juteuses, sucrées au naturel, vraiment délicieuses que très vite le saladier risque de se vider avec ce petit estomac mais grande bouche avec la crème cela donnait encore un meilleur gout et il fallait dire vrai passer la soirée avec l'homme de ses rêves, de bonnes douceurs et de tendres baisers cela était le rêve, sauf que encore une fois quelque chose vint stopper ce rêve pour la faire revenir doucement à la réalité. Cette chose c'est son passé, on dit que le passé finit toujours par nous rattraper sans tord car à l'heure actuelle Makio lui avait demander des renseignements sur elle de la petite enfance à maintenant. Que dire, que dire.. "Je suis une enfant de célébrité, ma mère était une chanteuse très connue au Japon qui a finit par sombrer dans l'alcool , drogues et ses plaisirs et tout cela sous mes yeux, elle s'est d'ailleurs donner la mort dû à ses cochonneries et de la séparation avec mon père son producteur et manager qui avait hâte que je grandisse pour prendre la relève et qui avait finit lui aussi par se suicider, ce jour la notre demeure avait pris feu... Ce jour la je suis devenue orpheline et confiée à ma tante, j'ai arrêter toute ma carrière prometteuse d'actrice et de chanteuse à cause de cette nouvelle, la dernière musique que j'ai chanter était un hommage à mon père, puis adulte et possédant l'héritage de mes parents, je me suis installer ici au New Jersey et maintenant je travaille comme petite serveuse dans un restaurant asiatique de la ville.. Pas de quoi se réjouir mais maintenant que tu est la tout va mieux Makio".. A la question de Makio, Rainie qui avait une des fraises dans sa main écarquilla les yeux non elle n'avait pas envie de revivre de nouveau cette horreur, la raconter serait une véritable torture, inconsciemment la fraise vint à s'abattre au sol, glissant des doigts de la nippone sans que celle ci ne la ramasse, elle baissa doucement la tête et prit une expression triste, ses yeux ayant repris leur forme normale. D'un ton bas et faible , Rainie prononça alors ce qui semblait être le résumé tant voulu pour son amour.

    « Oka'san ... Oka'san... elle était une grande vedette au Japon, Ai Ueto actrice mannequin et chanteuse elle avait beaucoup de succès surtout pour son corps et sa beauté. Ma mère s'est marier avec mon père son producteur et manager, mauvaise idée...

    Doucement la jeune fille releva la tête puis la tourna vers Makio toujours cet air triste au visage, son regard vint se braquer sur celui de son beau japonais, elle resta le temps de parler à le fixer ainsi, montrant à la fois sa sincérité et sa peine intérieur.

    « Je n'ai pas eu de vie comme n'importe qu'elle filles, à 5 ans je connaissait déjà les "Paparazzi, les questions indiscrètes, les photos prises par n'importe quel fan" ma vie de petite fille était un enfer, je n'avait pas de paradis à moi seul, tout était mis à découvert à la télévision, dans les médias et pourtant je n'en ai jamais voulu à ma mère, je l'aimait énormément et elle aussi d'ailleurs. Je me souvient encore de cette musique qu'elle me chantait qui lui tenait tant à coeur.


    Au souvenir de cette chanson , rien n'avait pût empêcher les larmes de Rainie de couler de nouveau. Elle ne savait pas si tout ce qu'elle racontait pouvait intéresser Makio mais cela était un poid pour elle, elle avait besoin d'en parler, surtout à lui, il était clair comme de l'eau de roche pour elle c'était lui et personne d'autre, il fallait qu'il sache tout d'elle, son enfance, sa souffrance intérieur, pourquoi elle était partie brusquement de cette salle de cinéma en voyant cette demeure en feu...

    « Pourtant, cette célébrité n'était pas du gout de tous y compris sur celui de mon père qui détestait que je soit mélée à toute cette histoire de grande vedette, je n'était qu'une petite fille. A 8 ans, mon père demandait le divorce s'attribuant même ma garde, contrat rompu, manque de logement ma mère à commencer alors à se plonger dans la drogue et l'alcool, sous les feus des projecteurs des photographes qui en voulaient encore plus , à chaque jour une nouvelle photo d'elle à moitié bourrée , à chaque fois je pouvait l'apercevoir dans les magasines,je ne la reconnaissait plus, elle qui était si forte.Puis vint se jour ou j'appris son décès. La même année du divorce, les médias en parlaient, Ai Ueto morte par suicide,Makio si tu savait comme j'ai était brisée ce jour la...j'en vint même à détester mon père l'accusant de tout...je n'était qu'une gamine et je connaissait déjà bien la vie en elle même. »

    Oui, c'est vrai à ton âge les petites filles rêvent de prince charmant et de château , sauf que toi tu n'a jamais eu ce genre de rêve, tu ne connait pas les conte de fées car contrairement à toutes ses filles, tu ne l'a jamais vécue toi, peut-être aujourd'hui..peut-être, non .. sur et certain et grâce à cet homme se trouvant tout près de toi.

    « La suite c'est un peu la même chose, en grandissant j'ai appris à pardonner et à mes 16ans je poser déjà pour de grandes marques japonaises, en l'espace de quelques temps moi aussi je devenait une vraie petite vedette, posant pour de nombreux magasines, chantant quelques airs. Actrice, chanteuse, mannequin...tout était si facile à cet époque, beaucoup trop facile, iréel. Pour ce qui est de la fin, il fallait s'en douter mon père s'en était voulu d'avoir "Tuer' ma mère en la détruisant,j'ai pris vite mon indépendance et à mon âge j'avait déjà mon appartement de côté sauf que ce que j'ignorait c'était des futurs actes de mon père. Ce jour la , la maison familiale prenait feu et mon père se trouvait à l'intérieur, résultat: "Mort par suicide", lui aussi, il m'a laissé une lettre que je lis régulièrement en pleurant , puis un héritage qui m'a permis de venir au New Jersey et me financer cette maison...»

    Tout ça pour ca.. elle lui avait tout dis, absolument tout dans les détails, il fallait qu'il sache ce qu'il s'était réellement passé et tout ça elle l'avait sortie uniquement car la douleur dans son coeur était beaucoup trop forte et qu'il était temps qu'il se libère d'un poid en étant dis à une personne de confiance, qui tient à vous et que vous aussi en retour tenait beaucoup. L'homme de votre vie, celui qui partagera tout en votre compagnie, votre confident, votre amour, votre homme, votre nouvelle vie. Les larmes qui coulaient sur les joues de la nippone vinrent à abimer sa si joli frimousse ce n'était pas bon.. Elle était venue ici avec lui pour passer une excellente soirée, souriante et jalonner de rire pas déprimante, Rainie secoua la tête de droite à gauche puis du passé elle vint au présent très rapidement ne voulant pas plus entrer dans les détails. Doucement elle frotta ses petits yeux à l'aide de ses mains puis fit un sourire vague histoire d'oublier.

    « Enfin je ne veux plus parler de tout ça.. je tenait à te le dire car je pense que c'est une chose que tu dois savoir mais le passé reste le passé. Puis maintenant j'ai mon travail, oui ! Je te l'ai pas dit ça , mais je travail en tant que serveuse dans un des restaurants asiatique de la ville, finit les études pour moi... et toi dans tout ça , je veux savoir moi aussi, absolument tout de toi...»

    Rainie Nini-Chan , en réalité tout ce que tu pouvait avoir en tête dès de le départ tu as fini par tout lui avouer et c'est maintenant que l'on se rend compte à quel point tu tiens à lui pour parler ainsi ouvertement avec lui, regarde toi ma jolie te voila en train de t'approcher plus de lui pour lui tenir la main, malgré que ton sourire est un peu faible et tes joues si douces sont abimées par les dernières larmes, oui tu as raison le passé est le passé.. Un poid en moins pour attraper de nouvelles choses du présent, ta vie avec lui, avec Makio ... ♥
Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Love me please, love me.. { Pv:Makio♥}   Lun 1 Nov - 2:27

Si cette scène pouvait être filmé, elle le serait sûrement mais avec un filtre rosée. Vous savez, comme dans les séries lorsqu’il faut accentuer le facteur « Amour » dans une scène. Un petit rose aux effets seconds lumineux qui rendent à l’image une impression de paradis. Aujourd’hui c’est exactement ce qu’il se passait. Tout semblait défiler sans obstacles, sans grands méchants qui capture la princesse Ueto pour qu’elle soit finalement délivrée par un valeureux chevalier. Cette histoire n’avait rien de tout cela. Les seules choses capturées ce soir étaient leurs deux cœurs. Chacun avait réussi à atteindre celui de l’autre pour le garder précieusement avec lui. Une petite séance d’après cinéma avec des fraises rendait le tout encore plus merveilleux. La meilleur chose à faire maintenant était d’en apprendre le plus sur l’histoire du partenaire afin d’approfondir la relation. Jusque-là, rien n’était venu perturbé cette océan de bonheur, mais malheureusement, peut-être que de demander une telle chose aussi directement à certaine personne n’était pas la meilleure chose à faire. D’un autre côté, il ne peut pas deviner le passé de quelqu’un juste en posant son regard dessus mais, ça n’empêche pas de rester prudent avec ce genre de questions. Seulement, maintenant c’était fait et pour tout dire, Makio ne s’attendait pas à ce que le passé de son nouvel amour soit aussi triste. Un passé qui pour dans l’esprit de plus d’une personne serait un rêve. Des parents sur le devant de la scène, ce qui voulait dire « de l’argent à perte de vue » et une enfance sans problèmes particulier. Cependant dans une vie de star ayant des enfants, ce n’est pas forcément pour eux une vie « je me roule les pouces ». C’est apparemment cette vie là qu’à eux Rainie. Harceler par les paparazzis même pendant son sommeil. Enfin sommeil… Difficile de rejoindre Morphée avec tous ces flashes photos qui traversent les fenêtres. Avant les petites filles adoraient se déguiser en fées ou en princesse, faisant semblant d’être dans un univers au sol remplie d’herbe verte à la limite de la fluorescence, des pommiers au fruits lumineux, des papillons, un immense château et des oiseaux chantant le bonheur. Parmi toutes ces fées et ces princesses parties pour le pays des merveilles, il y en avait une qui n’avait pas réussi à passer le portail magique. Pour rejoindre cet univers, il fallait q’elle y arrive par ses propres moyens. Les papillons et les pommiers scintillants, elle, elle n’avait pas eu la chance de pouvoir les rencontrer. Son monde, c’était plutôt un sable dessécher, des vautours faisant des cercles attendant le moment opportun pour passer à l’action et le crâne d’un animal cornu déposé sur le sol. Puis un jour, un personnage entra dans sans le savoir dans cette bulle. Dans sa main, il tenait des graines magiques. Au milieu de cet endroit, il y avait un saule pleureur tout sec et au pied du tronc, une petite fille assise les genoux contre la poitrine et les larmes au yeux. C’est avec un sourire qu’il déposa une graine dans le sable juste devant elle. De l’herbe commença alors à apparaître là où la petite Rainie se trouvait. Cette herbe… C’était la même que celle de cet endroit où elle n’avait pas pût aller. La première graine du bonheur venait d’être planté dans ce désert sinistre. Le saule s’était transformé en pommier et les vautours en papillons mais, il faudra encore du temps avant de métamorphoser tout cet endroit. On pourrait encore se poser une questions à cet instant : Qui est ce petit garçon ? Pourquoi a-t-il choisi de libérer sa magie ici ? Dans le monde réel, ce petit personnage c’était Makio. Il ne savait pas ce qui l’attendait en entrant dans ce bulle mais il a commencé à la rendre plus lumineuse sans s’en rendre compte. Après toutes les épreuves difficiles qu’elle avait enduré, elle avait maintenant le droit à une nouvelle bulle personnalisé. Une avec plein de joie et de soleil à l’intérieur.
Face à une telle histoire, les mots que pouvait prononcé le japonais étaient inexistants. Il n’y avait pas vraiment de commentaire à faire sur le passé d’une personne qui a autant souffert. C’est pourquoi tout ce qu’il pouvait faire c’était écouté en silence toute l’histoire. Même si elle aussi était passée par la célébrité, elle avait à première choisie de ne pas se laisser envahir par cet univers. La porte d’une nouvelle vie s’était ouverte pour elle. Il semblerait que Makio est aussi passé cette porte avant qu’elle ne se referme… Maintenant, c’était son tour de passé dans la salle d’interrogatoire. Il était normal qu’après s’être ouverte ainsi à lui, il en face de même pour elle. Il ramassa la fraise que la nippone avait laissé tomber puis la posa sur la table. Il se leva alors et commença à se déplacer lentement mais toujours très proche du canapé.

- J’aurais peut-être dû commencer. Tu vois, je ne m’attendais pas à une telle histoire du coup, ma vie à l’air d’un conte de fées à côté mais… Tu veux savoir alors je vais te faire un briefing.

Il posa ses deux mains sur le canapé.

- Je n’étais encore qu’un gamin mais je m’en souviens très bien. J’avais huit ans lorsque j’ai commencé à m’en rendre compte. La tristesse de ma sœur. Je ne savais pas pourquoi elle était toujours triste et s’enfermait tout le temps dans sa chambre. Mes parents ne se préoccupait d’elle que très rarement. Un jour, je suis passé devant sa chambre. Je l’entendais pleurer. Je sais toujours pas pourquoi mais je voulais toujours être avec elle. Partout où j’allais je voulais qu’elle soit là. Tu vas peut-être te moquer de moi mais même si je ne savais pas vraiment ce que je faisais, je jouais… aux poupées avec elle. Je savais juste que ça la faisait sourire donc moi, ça me suffisait. Voir le sourire de ma sœur, j’aimais ça. C’est pourquoi quand je l’ai entendu pleurer je suis entré dans sa chambre. Elle était assise au pied de son lit, les genoux contre sa poitrine entrain de pleurer dans ses bras. J’ai pris une poupée et j’ai avancé vers elle. J’ai mis la poupée face à elle et j’ai parlé comme si c’était la poupée qui le faisait.

Makio pris alors une voie aigue avant de continuer.

- « Nana-chan, si tu continue à pleurer tu vas finir par sécher ».

Puis il reprit une voie normale.

- Quand je lui ai dit ça, elle a levé la tête et elle a commencé à rire. Elle m’a répondu que c’était impossible de sécher de cette façon mais qu’elle voulait bien arrêter ses larmes pour en être sûr. Jusqu’à ce jour, je ne comprenais pas pourquoi elle me disait qu’elle aurait aimé être à ma place. Mais à ce moment-là, j’avais enfin compris ce qu’elle voulait. Je me suis assis à côté d’elle et je l’ai serré dans mes bras. « T’es la meilleure sœur du monde Nao-chan » je lui ai dit. Sa réponse je m’en souviendrais toujours. « C’est parce que j’ai le meilleur frère du monde ». Ça m’a rendu heureux. Ensuite j’ai fait en sorte que mes parents voient à quel point ils avaient une fille formidable. Je lui ai demandé de m’apprendre plein de chose. Dès que je faisais un dessin et que mes parents l’aimaient j’étais heureux de leur dire que c’était ma sœur qui m’avait appris. Plus tard j’ai commencé à m’intéresser à l’anglais. C’était difficile mais c’était une difficulté que j’aimais. Apprendre l’anglais c’était comme un combat pour moi. Toutes les fois où je ne comprenais pas les leçons je perdais ces combats. Mais dès que j’avais tout saisi, je mettais mes leçons K.O. d’un uppercut de verbes irréguliers. J’ai poursuivi dans cette voie. J’allais sûr Internet à la maison pour voir des photos de villes comme Las Vegas ou Miami. Je m’imaginais habiter là-bas et devenir riche pour acheter une maison à ma sœur et la faire venir ici. Bon, elle n’a pas eu besoin de moi pour aller vivre à Las Vegas je dois l’avouer. Elle à parfaitement réussi ses études et maintenant elle travail dans une grande entreprise de 3D. C’est aussi grâce à elle que j’ai pût venir poursuivre mes études ici. Elle à tout financer. Mon billet d’avion, mon inscription, tout. J’espère qu’un jour je pourrais l’aider comme ça aussi.

Il se plaça derrière Rainie avant d’entourer son cou avec ses bras. Il pencha sa tête sur le côté pour la poser contre celle de sa princesse.

-J’ai mener une vie assez classique puis… J’ai rencontré une personne qui scintillait au milieu des autres et maintenant je ne veux plus la lâcher. Au fond d’elle il y a une grande tristesse, mais je veux faire en sorte que cette tristesse soit étouffée. Comme ma sœur, je veux qu’elle vive avec le sourire et pour ça je ferais n’importe quoi parce que cette personne c’est toi… et je t’aime…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Love me please, love me.. { Pv:Makio♥}   

Revenir en haut Aller en bas
 

Love me please, love me.. { Pv:Makio♥}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PRINCETON :: Maison :: Maison de Rainie-


Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit